FEDERALITUDE

La spiritualité, remède à la paix intérieure et extérieure

Dernière mise à jour le 24/09/2019
En ces temps de surinformation et désinformation, les plus éclairés ont le devoir d’éclairer à leur tour les esprits qui recherchent la lumière. Nous n’avons de leçons ni de conseil à donner à personne. Mais, une étoile aussi éloignée soit-elle, ne peut-être cachée.
Où en est notre monde ?
Il nous arrive de nous émerveiller face aux prouesses de la science et de la technologie. Toutefois, quand on découvre l’intimité de l’homme et sa vie quotidienne, la déception est parfois très grande. Le monde actuel est tombé dans le vide absolu. Le néant. Il n’est plus une solution d’espoir ou de sérénité pour personne.
Face au chaos intérieur et extérieur qui habite l’homme, la chose essentielle que chacun de nous doit comprendre et admettre avec conscience et foi est celle-ci : la Paix intérieure est un don spirituelle. Sa source est immatérielle. Les uns appellent cette source créatrice et génératrice de paix « Dieu ».
Le secret de ceux qui expérimentent la Paix intérieure
Les individus qui jouissent de la paix intérieure vous répondent toujours qu’ils la tirent de la spiritualité.
Une nation comme la Suisse qui jouit d’une paix intérieure de 7 siècles avait placé Dieu au coeur de sa réflexion et de son évolution. Pas étonnant que la constitution de cet État soit un des rares états occidentaux à ouvrir sa constitution par la phrase « Au nom de Dieu tout-puissant ». Pas étonnant que ce pays ait protégé un réformateur tel que Calvin. Pas étonnant que la devise de ce pays soit « Tous pour un, un pour tous ».
Les personnes et les nations qui fondent leur vie sur la spiritualité héritent de la paix intérieure qui seule émane de l’immatérialité divine.
Le sort de ceux qui sont tourmentés
Mettons à part les personnes atteintes de troubles psychologiques avérés et diagnostiqués médicalement. Parlons des autres, celles qui jouissent de leurs facultés cognitives et nous disent qu’elles sont athées. Celles-là, qui s’efforcent de croire qu’elles ne croient en rien. Elles sont malheureusement condamnées à souffrir d’un mal aussi incroyable que leur foi : le vide intérieur, la vacuité !
Ces personnes ne se remettent jamais en question. Et pourtant, elles prennent des substances chimiques la nuit pour tenter de combler leur vide intérieur. En journée, leur cerveau les réfugie dans des courses insensées. Observées de l’extérieur, cela se traduit par les désirs de toutes sortes tels que l’avidité, la cupidité, l’amour charnel ou la haine de l’autre.
Sans le savoir, ces gens s’enferment dans leur matérialisme, s’enfoncent dans leur mal-être et dans le mal en général.
Mais que deviennent ces gens lorsque s’écroule le monde matériel sur lequel repose leur vie ?
La richesse matérielle peut cacher la ruine spirituelle
Les pays riches se caractérisent par une richesse financière par tête d’habitant très élevée. Ils se comparent les uns aux autres par le PIB (produit intérieur brut) rapporté au nombre d’habitants. Si cette richesse rendait heureux, cela se saurait.
Comment expliquer le taux de suicides si élevé dans les pays dits développés ?
En France, selon les chiffres de l’Observatoire national du suicide, le nombre de personnes qui mettent fin à leurs jours est de 25 par jour soit environ 10.000 par an (chiffres 2016). Les chiffres de l’association « Mobilisation des policiers en colère », parmi les forces de l’ordre le chiffre de suicides est supérieur à celui de la moyenne nationale (32 policiers et 9 gendarmes en 2018).
Que penser de la consommation intensive de tranquillisants et même de drogues dures dans ces pays ?
Une étude de l’ANSM de 2017 montrait que près de 13,4% de la population française avait consommé en 2015 au moins une fois une benzodiazépine (anxiolytique principalement). Les statistiques de l’OCDE sur la santé en 2017 permettent de comprendre la consommation des antidépresseurs. Les statistiques de l’Insee sur la consommation des ménagent démontrent que la consommation d’alcool et de tabac a augmenté de plus de 20% entre 2008 et 2017.
Ce qu’il faut comprendre de tous ces constats, c’est que le développement matériel ou matérialiste n’est pas suffisant pour apporter à l’être humain la quiétude intérieure.
Le gros mensonge orchestré par les plus rusés consiste à vouloir nous faire croire qu’une politique qui ne se préoccupe que du bien-être matériel peut changer la condition intérieure de l’être humain. Tout cela n’augure rien de beau.
Une catastrophe se prépare
Il est facile de comprendre que le monde extérieur est le reflet du monde intérieur de chacun de nous. Un être malheureux ne peut prendre soin de son environnement. Le consumérisme effréné actuel et la violence humaine qui en découlent nous mènent à une catastrophe.  Nous pouvons ou non l’admettre sur le plan intellectuel ou visible. Mais la réalité spirituelle et invisible se moque de notre mode de pensée pollué par une éducation corrompue.
Ce qui doit arriver arrive !
Personne n’avait prédit la chute de l’URSS en 1991. Elle est arrivée et elle a balayé l’idéologie collectiviste sous-jacente.
Au moment où survinrent le crash boursier de 1929, ou la crise financière mondiale de 2007-2008, les gens vaquaient à leurs occupations quotidiennes. Ils furent surpris et brisés. Ceux dont la vie reposait sur la quête matérielle ou leur fortune se suicidèrent. D’autres devinrent clochards ou fous.
Ces crises nous montrent à suffisance l’absurdité de la quête du profit comme source du bonheur.
Ce qui est arrivé dans les temps lointains, arrivera de nouveau !
Toutes les cultures parlent de civilisations disparues ou englouties. Elles évoquent l’effet d’un déluge. La science, l’archéologie et l’histoire nous démontrent que les mammouths et les dinosaures disparurent à l’issue d’un cataclysme, donc d’une catastrophe écologique.
Et pourtant à chaque fois, qu’il y a eut ces cataclysmes, la vie a redémarré sur la Terre. Elle a reprit à partir d’espèces ou de groupes mis à part pour perpétuer la vie sur Terre.
Jérusalem, le Temple de Salomon furent détruits malgré les avertissements des prophètes de l’époque.
Il en sera de même pour la catastrophe qui arrive. Elle nettoiera la Terre d’une partie de l’humanité et préservera une autre partie pour le repeuplement.
Un peuple est en train d’être mis à part pour perpétuer la vie après la prochaine catastrophe écologique. Ce peuple sera constitué de gens connectés à la Source divine. Ce peuple ne sera étiqueté ni néo-libéral, ni socialiste, ni même écologiste. Ce sera un peuple spirituel car doté des propriétés avec lesquelles le Suprême veut rebâtir la planète. La seule façon de sortir de la vacuité c’est la spiritualité profonde.
Notre devoir est d’annoncer le nouveau royaume. 
Nous sommes les apôtres du prochain royaume. Un royaume dont nous entrevoyons les prémisses à parfaire à travers les changements de comportement qui ont lieu dans les pays nordiques ou la Suisse. Ce que nous annonçons est ce qui va arriver au moment où les hommes s’y attendront le moins.
La Fédéralitude  prône un monde de paix extérieure. Comme cette paix extérieure ne peut émaner que de la paix intérieure, alors la Fédéralitude est indissociable de la spiritualité.
La Fédéralitude est une question de foi. Nous avons la foi que dans le prochain monde, celui qui va arriver après l’effondrement de celui-ci, le monde des humains sera organisé selon de nouveaux principes paris lesquels les cinq principes de la Fédéralitude.
Conclusion.
Le vrai combat du monde moderne est celui des valeurs. Les valeurs de paix engendrent la paix. celle de la guerre accouchent la guerre. Il n’y aura aucune paix extérieure sans paix intérieure. Le tri est en train de se faire. A chacun de se positionner. Notre appel n’est pas alarmiste. Il est un appel à l’usage de votre libre arbitre. 
La Fédéralitude se démarque de tous les modes de gouvernance qui sévissent aujourd’hui dans le monde. Elle appelle tout être humain s’engageant dans la gestion de toute institution publique ou patrimoine commun à briser les démons qui vivent au dedans de lui. Ce n’est qu’ainsi qu’on pourra commencer à construire un monde, le nouveau monde humain qui ne brisera plus la vie, ou plutôt les vies. Une graine doit mourir pour germer de nouveau. Le système actuel doit mourir pour laisser place à un nouveau. Nous croyons et voulons que ce nouveau système soit du type « Fédéralitude ». La meilleure façon de savoir ce que sera l’avenir c’est de l’inventer. 
José Mene Berre,
acteur associatif, consultant, formateur et entrepreneur humaniste.
PS : Si vous voulez faire partie de notre communauté, inscrivez-vous gratuitement, sur notre liste d’abonnés via ce site. Marchez avec ceux qui pensent comme vous. Vous vous renforcerez mutuellement.

4 commentaires

  1. CIBAL TOGO sur septembre 24, 2019 à 5:29

    Peux-tu nous rappeler les cinq principes de la FÉDÉRALITUDE ?

    • Jose Mene Berre sur septembre 24, 2019 à 10:26

      Bonjour Cibal Togo. Les 4+1 principes sont exposés simplement et brièvement ici https://federalitude.org/principes-gouvernance-bienveillante/
      La Fédéralitude se démarque de tous les modes de gouvernance qui sévissent aujourd’hui dans le monde. Elle appelle tout être humain s’engageant dans la gestion de toute institution publique ou patrimoine commun à briser les démons qui vivent au dedans de lui. Ce n’est qu’ainsi qu’on pourra commencer à construire un monde, le nouveau monde humain qui ne brisera plus la vie, ou plutôt les vies. Une graine doit mourir pour germer de nouveau. Le système actuel doit mourir pour laisser place à un nouveau.

  2. Nillss Nogguy sur septembre 24, 2019 à 10:54

    Un discours exaltant,un discours empreint de réalisme…il suffit de lire pour découvrir à l’évidence de ce discours que la spiritualité est la base,mieux encore elle serait le point départ de tout évolution matérielle;de plus, Federalitude,bien qu’étant inscrit sous un aspect rationnel ne saurait se dissocier de la relation avec le divin qui procure bien être et paix intérieure. paix intérieure et bien être matériel vont ensemble tout en retenan que la paix intérieure induit forcément le développement économique et social…

    • Jose Mene Berre sur septembre 24, 2019 à 7:26

      Merci Nills. L’ignorance est la maladie qui mène les gens à emprunter les chemins qui les conduisent à de mauvais choix. Quand l’ignorance s’installe dans une nation… la catastrophe n’est plus loin. Merci pour la contribution.

Laissez un commentaire